Coaching MCL

Services de coaching professionnel avec Michel C. Lavoie, PCC

Le meilleur de soi de Guy Corneau

without comments

Un extrait du livre sur les croyances et l’estime de soi:

“Parler de l’estime de soi est une autre façon de parler de croyances. Rappelez-vous la scène de Blanche-Neige où la reine interroge son miroir : « Miroir, miroir, dis-moi qui est la plus belle… » Et le miroir de lui répondre : « Tu es belle, mais Blanche-Neige est la plus belle! » Voilà l’illustration même d’une croyance qui trahit une faible estime de soi. Le reflet du miroir intérieur de la marâtre lui renvoie une image négative d’elle-même : « Ce n’est pas toi qui es la plus belle, c’est une autre… »

Nous possédons tous un tel miroir intérieur par lequel nous pouvons mesurer la valeur que nous nous accordons. Certains ont un miroir qui leur dit : « Tu es laid, tu es idiot. Rends-toi à l’évidence, tous les autres sont mieux que toi. » Ces gens souffrent d’une estime de soi défaillante. …D’autres ont un miroir qui leur répond : « Tu n’es peut-être pas le plus beau, ni le plus intelligent, mais tu possèdes des talents que tu sais mettre en valeur, à ta façon. Continue, fais-toi confiance. » Ces personnes possèdent un sens bien ajusté de leur propre valeur, et l’on peut dire que leurs croyances sont « aidantes ».

Quelle est la source de l’estime de soi? Elle provient du regard intérieur que nous portons sur nous-mêmes. Ce regard intime est lui-même le résultat de la façon que nous avons été regardés. C’est-à-dire que nous nous regardons intérieurement comme on nous a regardé lorsque nous étions enfants. Nous nous mirions alors dans le regard de nos parents, et la lueur de plaisir qui pétillait dans leurs yeux nous rassurait de notre propre valeur.

Hélas, la lueur de plaisir dans l’œil du parent n’est pas toujours au rendez-vous. Imaginez , par exemple, que toutes les fois ou vous entrez dans la cuisine pour le petit-déjeuner, vous vous trouvez face à une mère dépressive pour laquelle vous êtes un fardeau. Ou que vos parents traversent une période difficile, qui dure depuis longtemps, et qu’ils n’ont pas d’attention à vous accorder. Si vous cultivez ces pensées, vous arriverez vite à la conclusion que vous n’êtes pas important et que votre présence ne réjouit personne. Ce sera votre croyance intime. Et une pauvre estime de vous en résultera.

L’estime de soi se manifeste essentiellement par la confiance en soi. Si vos parents vous ont accueilli avec plaisir, vous penserez que vous valez la peine et vous oserez vous affirmer. Sinon, vous douterez de vos possibilités, vous vous comparerez sans arrêt aux autres, et vous arriverez à la conclusion que vous allez vous rendre ridicule si vous tentez quoi que ce soit—ou—à l’inverse, que vous allez écraser tout le monde dès que vous oserez vous affirmer.

En fait, la personne qui possède une mauvaise image d’elle-même finit par dépendre complètement du regard des autres. Elle s’accroche à des gens qu’elle admire et qu’elle trouve plus puissants qu’elle, se disant inconsciemment : « Si ces gens-là m’accordent de l’attention, cela veut dire que je vaux quelque chose. » Elle peut ainsi devenir le jouet de telles personnes. En réalité, elle est manipulée par son propre besoin d’être appréciée. Elle ne peut maintenir un bon équilibre dans son estime de soi sans ce regard posé sur elle…Cela explique aussi pourquoi cette même personne risque de s’écrouler si on la rejette ou si on ose la critiquer. Son juge intérieur prend alors le contrôle de la situation et ne manque pas de mettre l’accent sur ses faiblesses : « Tu vois bien que tu es incapable et que tu ne vaux pas grand-chose! Voilà pourquoi on ne te comprendra jamais, »

La meilleure stratégie pour restaurer l’estime de soi, est d’apprendre à se regarder avec plus de bienveillance. Il faut se donner une chance. Pour développer une meilleure image de soi, il faut également poser des gestes qui nous permettent d’éprouver une satisfaction réelle, et prendre ensuite le temps de savourer le contentement intérieur.”

Le Meilleur de soi; Guy Corneau, 2007, Éd de l’Homme, ISBN 978-2-7619-2203-6

Written by Michel

February 20th, 2008 at 7:07 pm

Leave a Reply

Rss Feed Tweeter button Facebook button Linkedin button Delicious button Digg button